• Français
  • Nederlands
  • English

En 2012, une oeuvre exceptionnelle, de retour en Gaume après 30 ans d'absence, a fait le cadeau de son entrée dans les collections du Musée. L'histoire de la Double Madone de Sainte-Marie-sur-Semois commence au XIIIe siècle. Le village de Saint-Marie-sur-Semois est placé sous le patronage de la Vierge. Une statue, de type « Sedes sapientae » la représentait. En 1636, la terrible épidémie de peste qui décime nos régions épargne le village. On en attribua la cause à la sainte protection. En remerciement, une nouvelle statue fut sculptée, plus dans le goût de l'époque. Il s'agit d'une Vierge « Reine des Cieux ». L'ancienne statue devenue inutile, on évita cependant une « profanation », procédure consistant à désacraliser un objet de culte. La statue du XVIIe siècle fut creusée pour y incorporer celle du XIIIe, telle une statue gigogne. Au fil des siècles, la Vierge peinte en blanc dissimulant son secret, passe de l'autel au grenier de l'église. En 1981, elle est vendue comme statue de plâtre et commence un voyage jusqu'en Hollande. Là, un antiquaire la nettoie et découvre son secret. Elle devient alors un patrimoine rarissime. Jamais ailleurs que dans des sociétés primitives on n'a pu voir deux statues différentes insérées l'une dans l'autre. En 2012, après plusieurs années de négociations, la statue revient au Pays. La paroisse et la commune d'Etalle la déposent au Musée. Elle y reçoit de nombreuses visites, au milieu des collections déposées par les fabriques d'église des paroisses gaumaises, contenant non seulement d'autres statues, mais aussi de nombreuses pièces d'orfèvrerie.