• Français
  • Nederlands
  • English

Montauban, écrin verdoyant au cœur de la forêt gaumaise, où se sont rencontrées, à travers les époques, tant de formes de l’activité humaine : Archéologie, Industrie du fer, Architecture moderne, Site légendaire, Art contemporain : autant de regards variés mettant à profit le cadre naturel de pierre, de bois, d’eau et de feu.

Le site de Montauban présente deux parties distinctes :

- Dans les fonds de vallée, sillonnés de cours d’eaux, se succédèrent du 15ème au 19ème siècles des forges, des fourneaux, des halles, une maison de maître.
- Sur le haut promontoire, un refuge fut occupé dès l'époque celtique et durant le haut Moyen-âge, suivant la typologie de l'«éperon barré». Levées de terre, fossés, murs de barrage, donjon sont encore bien visibles et s’offrent au promeneur.

C’est Montauban qui livra, lors de fouilles en 1958, d'importants bas-reliefs d'époque gallo-romaine, provenant de monuments funéraires romains démantelés et ayant servi à la fortification du site. Parmi ces blocs figure la très célèbre « Moissonneuse des Trévires ».

Pour les abriter, fut construit le non moins célèbre musée lapidaire, serti dans le sol par l'architecte Constantin Brodsky.

Le site est jalonné de roches et de sources, cernant le donjon médiéval, supports de l'imaginaire féerique qui a attaché à Montauban des épisodes chevaleresques de la légende des Quatre Fils Aymon, victimes de Charlemagne.

Plus de renseignements sur Montauban dans Chronique des Musées gaumais, 219 - 62, 2009.
(voir la couverture)

  • Musée lapidaire.
  • Implantation de Montauban.
  • Donjon des quatre fils Aymon.