• Français
  • Nederlands
  • English

Elle évoque le château et rappelle le souvenir de Charles-Antoine-Maximilien de Baillet-Latour. Homme de guerre, il avait déjà discerné en son temps les avantages à établir des relations humaines entre l’Europe de l’ouest et celle de l’est.

Maximilien est né au château de Latour en 1737. Le jeune comte fut un élève assidu du Collège des Récollets à Virton. À 18 ans, il est admis comme cadet dans le régiment d’infanterie de Salm-Salm. Sa carrière militaire sera rapide et semée d’honneurs ponctués par la Croix de l’Ordre de Marie-Thérèse et une lettre de satisfaction de Joseph II.
En 1789, à l’aube des événements révolutionnaires, Maximilien est mis à la tête des troupes autrichiennes dans nos provinces et, en 1792, lutte contre la France républicaine.

Il est colonel propriétaire d’un régiment de dragons qui portera son nom. Une médaille en or sera frappée à l’effigie de l’empereur Léopold II « l’empereur et roi à la fidélité et à la valeur du régiment de Latour Dragons ». En 1794, Maximilien verra ses fermes et son château détruits par les Français, sa famille dispersée, en exil.
Maximilien de Baillet s’éteignit à Vienne en 1806. Ses cendres ont été transférées dans la pelouse d’honneur du cimetière central à Vienne. Chaque année, sa tombe est fleurie par l’armée autrichienne.

Cette section du musée de Latour fait actuellement l’objet d’une nouvelle scénographie et d’une extension en 4 salles initiée grâce à l’aide financière de la Fondation INBEV-BAILLET.

Retour à Musées pratiques

  • Implantation de Latour.
  • Implantation de Latour.